Leila Alaouf

vendredi 28 octobre 2011

inspirations martinoises

Aucun commentaire :
Ah, sommeil dans le soir érant,
Comme le plus heureux des mendiants,
Tu ne touches personne par tes airs,
Seulement d'un sourire moqueur,
Tu éveils chaque ruine enfouis dans les coeurs,
Mais jamais personne ne t'a tendu son verre.

Car comme l'anarchie abîme,
La plus umble des âmes timidement s'exprime,
Tu sais que la bonté n'est pas grandement suffisante,
Pour sacrifier l'honneur d'un orgueil cultivé,
Bien souvent blotti dans les fausses pitiés,
jamais la misère un jour ne les hante.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire