Leila Alaouf

mardi 21 février 2012

Lampadaire

Aucun commentaire :
Je chérie ces moments obscures,
D'où surgit nos vrais visages,
Nos douceurs, nos yeux suaves,
Oui,nous voyons dans le noir.

Nos coeurs dansent dans un esprit de fête,
Tout espoir est alors légitime,
Toute joie est entretenue et caressée,
Les mots emmêlés,
Et les sentiments, comme des chutes d'eau,
Comme des senteurs épicées ou des chagrins endormis,
Nous tirent vers des brillances orientales.

Mauvais enfant répudié,
Je trouve pourtant vos étoiles maternelles,
Portant un berceau d'étreinte.

Les draps étoilés sont ceux là mêmes,
Que nous haïssons en des temps maussades,
Que nous adorons en des temps fleuries.

Suffit-il parfois d'une lueur pour animer,
Suffit-il parfois d'une poussière pour noircir,
Et d'un gravier pour compléter l'édifice d'une montagne.




Leila Alaouf

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire