Leila Alaouf

dimanche 4 novembre 2012

Brise

Aucun commentaire :
Une lointaine fin de décembre à Damas,
Et un vent glacial.
Les détonnements qui annoncent l'eid, et la larme de ma mère
Qui depuis vingt ans, ne les avait pas entendu.
Les souks à craquer,
Les gens achètant les vêtements neufs.
Les infinies files d'attentes chez les traîteurs et les pâtissiers.
Les gâteaux de miel,
Semiramis,
Les beignets au sucre.
Le vieux souk Hamidiyeh envahit d'une foule se pressant vers les épices,
Vers les sucreries,
Vers les tissus.

j'aurai pu inspirer une bouffée d'air parfumée au Jasmin,
A nouveau.
J'aurai pu redécouvrir ces impasses,
comme une première fois,
et jubiler sous l'odeur florale qui marque mon arivée en ces lieux,
Regarder ces infinis points de lumières verts qui décorent la capitale,
Déguster un sirop de mûres damascènes,
Sur le balcon,
et lire quelques pages de Coran
Tôt le matin,
Alors que le vent n'est pas encore trop chaud.

Mais, voilà que depuis mille ans,
L'air à Damas est brûlant,
Est glaciale
Il ne caresse plus,
Le vent fracasse.
Il traîne avec lui l'odeur du crime,
Le vent sent la rouille.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire