Leila Alaouf

mardi 27 novembre 2012

Norias

Aucun commentaire :
Rien ne s'est passé à Hama,
Il y a trente de cela.

Ni l'Homme n'a été sequestré,
Ni même l'Histoire n'a été rayée
Ni du haut des minarets,
Les appels à la prière n'ont été éffacés.

Jamais dans cette ville,
N'ont déambulé les fantômes de ses habitants,
Ni les cris n'ont retenti entre ses murs blancs.
Jamais cette ville n'est devenue une île,
Flottant dans son sang,
Coupée de compassion et d'humains sentiments.

De quelles Norias me parlez-vous?
Existent-elles vraiment?
Et  tout cela n'est-il donc pas que fiction?

Peut-être ne s'agit-il que d'un sombre rêve?
Peut-être que demain,
Toutes ces plaies hémoragiques ne seront plus,
Peut-être que ces enfants, demain,
Cesserons d'être orphelins?
Peut-être que bientôt,
Les morts et les carcasses redeviendront humains.
Oui, peut-être!
Peut-être que tout cela, vraiment,
Est sans aucune malveillance,
Peut-être le monde n'est-il qu'aveugle?
Peut-être que ce monde
-sans aucune malveillance-
Souffre d'un handicape dont il  n'est responsable?

Peut-être ai-je acquis la conviction,
Que je lui cracherai indéfiniment dessus.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire