Leila Alaouf

dimanche 28 avril 2013

Damnée (II)

2 commentaires :
Chez moi se trouve un torent d'aimants,
Chaque choc m'épuise un peu plus.
Une sensation d'éternelle mélancolie,
Une sensation d'éternelle perdue.


Je prierai nuit et jour,
Pour ne plus être moi.
Si seulement,
Je n'étais pas moi,
Mais une autre poussière,
Transparente,
Perdue entre ces milliers d'autres,
Si seulement je ne suis pas,
Une poussière perdue seule.

Excessifs sont mes sentiments.
Du tout au tout,
De l'admiration à la haine,
Je passe du désarroi,
Au pourquoi,
De la pitié à l'indifférence.
Si indécise je suis.

Une comète atteint chaque jour,
Des noirceurs en mon coeur,
Etranges boules à ébullition.

Chaque jour,
Le courant d'air d'un souvenir,
Sur mon corps se pose,
Et m'explique la détresse,
Et mes regards d'étrangères,
Demandent au monde,
Une réponse,
A ce que je ne veux entendre


Un rappel,
De ce que je ne veux revoir.




2 commentaires :

  1. selam,

    très beau texte.. plein de douleur et de mélancolie qu'Allah apaise les âmes tourmentées par les épreuves de la vie... un plaisir de vous lire.

    RépondreSupprimer
  2. Amin! je vous remercie, c'est très gentil! :-)

    RépondreSupprimer