grincement

Leila Alaouf

lundi 2 septembre 2013

Poursuite et Essence

Aucun commentaire :
Il faut,
Du courage pour poursuivre,
La lueur d'un rêve,
Soulever roches et montagnes,
Pour y croire.
Mourir mille fois pour franchir le pas,
Puis revivre,
Une fois de l'autre côté passé.


Ces craintes qui nous susurrent à l'oreille,
Ses freins inanimés,
Qu'on ne fréquente qu'une fois l'horizon éclairé,
Qu'une fois la route dégagée.

Étrange tu es,
Quand tu te poses des barrières,
D'illusions et éphémères,
Et combien la résignation est simple,
Passe partout et hypocrite.

A quoi bon trois passeports,
Trois identités,
Lorsque aucune n'emplie le cœur,
Pleinement.
Il survit l'identité de mon âme,
Et celle de mes pensées,
Je crois aux terres infinies,
Attachantes et exquises.
A qui appartiennent-elles,
hormis au vent, au ciel, au temps?

Piégé tu es,
En croyant en posséder,
Tu n'es que l'esclave de ses pierres,
Ses nuits, et ses mers,
Et tu te prends pour légitime propriétaire.

Un seul regard d'un ailleurs,
Éveille une furtive crainte,
Déraisonnée et maligne.
Il y a en moi assez de place pour des peuples,
Des terres rouges, jaunes, vertes et noires,
Mais l'asile se serre,
Quand il s'agit d'accueillir un simple moi.


Leila Al Aouf



dimanche 1 septembre 2013

Lunatisme

Aucun commentaire :
la vie, cette chose étrange,
vous fait une fois maitre,
Une fois servant,
le premier fier sans mérite,
le second misérable par le sort.
Un jeu de  hasard,
un lanceur de dés disait Darwich.

Un jour femme néo esclave,
puis l'autre narcissique baignée d'or,
équation peut-être illogique,
soignée par la mort.

Heureux pour une bouffée d'air,
Pourtant sûre garantie,
d'une fin terrestre certaine.



Leila Al Aouf

Témoins éternels

Aucun commentaire :
Et C'est ainsi que sur son corps,
Défilent les yeux des ces fous,
Et c'est ainsi que sur son corps,
Se dessine l'image d'une patrie,
Violée, cinglée, et meurtrie.

Si seulement.
Si seulement ils savaient,
Il ne savent pas.
Chaque blessure est une graine,
Chaque partie de son corps,
Touchée par la violence de ces hommes,
Est un témoin,
Qui un jour parlera.


Leila Al Aouf