grincement

Leila Alaouf

samedi 23 juillet 2016

Rechercher Dieu dans une botte de foin

Aucun commentaire :




Ils parlent au nom de Dieu et se comportent comme des dominants à son égard ; tous porte-paroles auto-proclamés, ils lui revendiquent les dires et le châtiment comme on revendiquerait la pluie et le beau temps. Il nous appartient et ce n’est pas à Lui que nous appartenons. On le vêt de l’habit de la terreur qui est pourtant le nôtre et on déclare que le fouet à la main, il surveille nos moindres pensées, nos moindres doutes. On le couvre du vêtement de nos peurs et déclarons que ce sont les siens, jamais les nôtres. Dieu tout puissant, jusqu’à semer la crainte au plus profond de nos questionnements, qui finissent refoulés dans nos prisons limitantes. Ils te disent même que tu n’as pas le droit d'interroger son décret mais affirment que tu es pour Lui plus cher que tu ne le seras jamais pour tes propres parents. Pourtant, tes géniteurs semblent bien plus tolérants et doux à ton égard que l’image sadique qu’ils te dessinent du Très Grand. Car ceux qui t’ont mis au monde ici-bas t’aiment d’un amour inconditionnel et acceptent le reproche aussi injuste qu’il soit. L’amour est au-dessus de tout cela. La mère te pardonnera tes colères et tes trépas, t’ouvrira ses bras en réponse sacrificielle. Et malgré cela, ces fous te font croire que Dieu qui t’aime d’un amour qui dépasse celui des vivants te haïrait pour des confessions authentiques dirigées vers le ciel. Mais comment donc voudrais-tu qu’Il te réponde si tu ne le questionnes pas ?! 

Ils l’esquissent à leur image, impitoyable et terrifiant, la sentence déjà prête avant même que le destin ait écrit le péché. Pervers, Il t’aurait créé avec une raison naturelle et des doutes existentiels pour te demander ensuite de les étouffer de tes propres mains, sous peine de furie irrépressible, l'épée de Damoclès déjà prête à te foudroyer. Dieu aux attributs humains qui porte les traces et les preuves de leurs crimes possessifs.

Je cherche Dieu partout dans leurs productions religieuses consuméristes comme on rechercherait une aiguë dans une botte de foin et ne trouve que les traces de leurs trahisons envers Le Divin. Ils ont attaché à nos cous la corde du chantage théologique et excommunient pour une idée trop spontanée. S’ils le pouvaient, ils t’auraient interdit d’inspirer l’air qui te fait vivre, sur décision despotique. Terroristes de l’âme, ils essaient de se convaincre eux-mêmes en te forçant à les croire.

Ils n’ont jamais cru aux 99 noms de Dieu, mais à ceux qui les définissent eux, pauvres humains. 



L.A